La presse au Qatar, hôte de la Coupe du monde, est-elle vraiment libre ?

Photo of author

Par Paulo Raoul

Un journaliste fait un reportage en direct à la télévision danoise lorsqu’une voiturette de golf s’arrête et que des agents de sécurité placent une main devant la caméra. L’image devient noire. « Monsieur, vous avez invité le monde entier à venir ici. Pourquoi ne pouvons-nous pas filmer ? C’est un lieu public », entend-on dire le journaliste de la télévision.

C’était l’expérience d’un Rasmus Tantholdt et de l’équipe de tournage de TV2 il y a quelques jours lors d’un reportage sur la Coupe du monde au Qatar. La séquence se poursuit, montrant Tantholdt présentant l’accréditation des médias aux officiels et répondant à leurs menaces de détruire la caméra.

Les autorités qatariennes ont par la suite présenté leurs excuses pour l’incident. Quoi qu’il en soit, cela soulève la question suivante : les médias peuvent-ils faire des reportages librement au Qatar pendant la Coupe du monde ?

Réclamations : Le gouvernement a déclaré que les médias étaient libres au Qatar, notamment dans un récent tweet du comité national de la Coupe du monde : « Des milliers de journalistes rendent compte du Qatar librement et sans ingérence chaque année ».

Vérification des faits DW : faux

D’après les recherches de DW, l’État interfère avec la couverture médiatique au Qatar. Le cadre juridique même fixe des limites à ce que les journalistes peuvent couvrir.

Cela comprend une loi sur la presse de 1979 qui interdit la critique de l’émir et interdit la couverture de sujets, y compris « tout ce qui peut mettre en danger la sécurité du gouvernement ».

La Fédération internationale des journalistes pointe également une révision du code pénal à partir de 2020 qui « rend toute diffusion de fausses nouvelles ou rumeurs passible de très lourdes amendes et jusqu’à cinq ans de prison », comme l’a décrit Pamela Moriniere de l’association professionnelle.

Les journalistes souhaitant être accrédités pour la Coupe du monde doivent s’engager à ne pas filmer ou photographier dans « des propriétés résidentielles, des entreprises privées et des zones industrielles », comme l’indiquent les termes et conditions du permis. Les bâtiments gouvernementaux, les hôpitaux et les lieux religieux sont également interdits aux journalistes.

Ces termes font clairement allusion « à des domaines sensibles où les journalistes ont couvert des violations des droits des travailleurs migrants dans le passé », a déclaré le groupe de défense de la liberté de la presse Reporters sans frontières (RSF). écrit dans un communiqué.

En fait, RSF a classé le Qatar n°1. 119 sur 180 pays sur son Index de la liberté de la presse 2022. « On peut affirmer sans se tromper que la liberté de la presse n’est pas sûre et n’est pas protégée au Qatar », déclare Jonathan Dagher, responsable du bureau Moyen-Orient de RSF.

Le Qatar se classe plus haut que la plupart de ses voisins du Moyen-Orient sur la liste, ce qui, selon Dagher, reflète le fait qu’aucun journaliste n’y est emprisonné à long terme et qu’un certain degré de pluralisme des médias existe.

« Cela ne veut en aucun cas dire que la liberté de la presse au Qatar peut être qualifiée de » bonne «  », a-t-il déclaré.

« Arrêté pour avoir signalé »

« Les journalistes veulent faire des reportages au-delà des matches », a déclaré Morinière. « Nous avons déjà entendu parler de situations où des journalistes ont été arrêtés pour avoir fait des reportages sur des travailleurs migrants », a-t-elle ajouté. « Nous sommes très inquiets à ce sujet. »

Fin 2021, par exemple, deux journalistes norvégiens ont été arrêtés alors qu’ils rendaient compte des conditions des travailleurs invités lors de la construction de la Coupe du monde.

Le Qatar accueille la Coupe du monde sous le nuage des droits de l’homme

Un sort similaire est arrivé à Florian Bauer, journaliste pour la télévision publique allemande qui a travaillé au Qatar pendant plus d’une décennie. En 2015, lorsque le gouvernement qatari a refusé d’accorder des autorisations permettant une couverture médiatique, l’équipe allemande a quand même continué et tournait dans une zone industrielle, y compris invitée par des travailleurs chez eux, lorsqu’ils ont été détenus par les services de renseignement du Qatar.

« Nous avons été interrogés pendant plus de 14 heures, avons été amenés devant le procureur et n’avons pas été autorisés à quitter le pays pendant plus de cinq jours », a déclaré Bauer. « L’ambassade d’Allemagne a dû convaincre le ministre des Affaires étrangères du Qatar de nous laisser réellement quitter le pays », a-t-il ajouté.

En septembre dernier, Bauer a de nouveau fait l’objet d’un examen minutieux au Qatar. Il a déclaré que lui et l’équipe de tournage s’étaient rendus dans une zone industrielle lorsqu’il a remarqué qu’ils étaient suivis par des agents des services de renseignement du Qatar. « C’est ce que j’appelle l’intimité », a-t-il déclaré.

Dagher a déclaré que RSF avait également reçu des informations selon lesquelles des journalistes se sentiraient sous surveillance ou suivis au Qatar.

« Certains sujets sont des lignes rouges », a déclaré Dagher. « Il y a beaucoup d’autocensure. »

Préoccupations après la Coupe du monde

Dans une interview accordée à Sky News après l’incident d’il y a quelques jours, le journaliste de la télévision danoise Tantholdt a expliqué qu’en fin de compte, la caméra de l’équipage était en sécurité et qu’ils étaient autorisés à continuer, bien qu’il ne s’attendait pas à être confronté lors d’un enregistrement aussi peu controversé.

« Pour moi, cela montre aussi comment est le Qatar quand il n’y a pas de Coupe du monde », a-t-il déclaré, exprimant son inquiétude quant à la situation des journalistes après la fin du tournoi.

Dagher a également réfléchi aux implications globales. « Bien que nous ne soyons pas d’accord sur le fait que les journalistes puissent travailler au Qatar sans ingérence, nous pouvons reconnaître que certaines mesures ont été prises », a-t-il déclaré. « Nous espérons que ces mesures seront prises jusqu’au bout, et qu’elles y resteront après la Coupe du monde. »