La belle Polynésie française plafonnera aux visiteurs – Voici combien de touristes seront autorisés chaque année

voyage 62734167

Les responsables de la Polynésie française prennent des mesures proactives pour protéger la région en plafonnant le nombre de visiteurs annuels.

Le plan quinquennal prévoit un plafond annuel de 280 000 touristes à Tahiti, Bora Bora et d’autres petites îles, car les responsables visent ce qu’ils appellent un tourisme à grande valeur et à petite échelle.

Baptisé Farira’a Manihini 2027, le plan vise à faire de la Polynésie française une destination boutique et leader du slow tourisme. Il attend toujours l’approbation finale de l’assemblée territoriale.

Tout en ciblant 280 000, Jean-Marc Mocellin, PDG de Tahiti Tourisme, a déclaré que le nombre ne devrait pas dépasser 300 000 en approbation finale soit environ un touriste pour chaque habitant de la région.

Il espère que le nombre limité de touristes restera plus longtemps.

« Le coût de l’accès aux îles de Tahiti en fait une destination de » tourisme lent « idéale, loin des foules de touristes de masse », a déclaré Mocellin au Héraut néo-zélandais.

Le plan prévoit d’attirer uniquement les petits navires de croisière de moins de 700 passagers et de n’autoriser que les grands navires à faire des « escales techniques ».

Un peu moins de 300 000 touristes ont visité la région en 2019, la dernière année avant que la pandémie de coronavirus ne réduise considérablement le nombre. Les responsables pensent que ce nombre était plus que suffisant pour maintenir la beauté et la nature délicate des îles.

La limite n’est pas d’arrêter les visiteurs, mais de protéger la région. Le président Edouard Fritch assure que le tourisme resterait « un enjeu stratégique primordial pour le bien-être des Polynésiens ».

Farira’a Manihini 2027 l’énonce clairement comme un objectif, notant que les responsables veulent « diversifier les différents types de visiteurs, permettre de concilier la croissance économique avec la préservation de l’environnement, la qualité de vie des populations, et l’appréciation de notre patrimoine. »

Selon RNZ, Tahiti Tourisme souhaite atteindre les normes fixées par le Conseil mondial du tourisme durable afin d’être reconnue et certifiée internationalement comme destination de tourisme durable.

Le plafonnement du nombre de visiteurs n’est pas une approche nouvelle pour les destinations de voyage populaires. Venise, en Italie, est l’un de ces endroits qui subit d’importants changements de règles pour protéger également son environnement délicat.

Les nouvelles règles ne devraient pas inclure les personnes possédant un passeport français car elles ne sont pas considérées comme des visiteurs étrangers.